Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La photo du week end

  • Des poètes dans la rue

    Bonjour du dimanche qui commence à midi...

    Ce sera donc le billet paresseux du dimanche.

    P1090920.JPG

    Comme vous pouvez vous en rendre compte il y a des poètes dans mon quartier qui prennent le macadam parisien pour tableau noir. Ils ont raison il y a de la place pour tout le monde ! Bon en l'occurrence c'est un emprunt à "Elévation" de Baudelaire mais c'est bien aussi ce mode de transmission. Au moins là tout le monde le lit.

    Je marche beaucoup dans Paris, enfin surtout quand je ne suis pas perchée sur 10 cm. La plupart du temps c'est le nez en l'air, d'où certains chocs inattendus au propre comme au figuré. Cette fois-ci c'est parterre qu'il fallait regarder, ce qui est plus facile si tu es un parisien averti qui fait attention où il met les pieds.

    L'autre jour sur mon boulevard il y avait un gigantesque coeur dessiné avec écrit à l'intérieur "Benji Je t'aime". C'est sûr ce n'est pas du Baudelaire mais on s'en fout. Ce sont des mots qui te font des signes et il y en a partout.

    Quand je pense que mon neveu âgé de trois ans a été puni par son instit parce qu'il écrivait sur les murs. Pfff si ça se trouve c'est un futur Basquiat ou un Banksy, aucun discernement ces instits non aucun.

     Je vous laisse à l'explication de texte, toute lecture intime et personnelle sera la bienvenue et peut-être que je ferai un compte-rendu de vos bonheurs interprétatifs, je vous préviens il n'y a rien à gagner. 

    Voilà, c'est tout, bon dimanche

  • Les carottes amoureuses

    Lecteurs du week end l'heure est grave : la World Company a désormais besoin de mes services le samedi matin ! (et ça va durer six mois !)

     

     ... alors que vous devriez être au marché avec votre panier sous le bras en train d'acheter vos 5 fruits et légumes par jour, ce qui pour tenir toute la semaine t'en fait 35 de fruits and vegetables.

    Et comme il fut un temps où la World Company ne m'exploitait pas honteusement, regardez ce que j'ai trouvé une fois dans une botte de carottes :

    carotte 3D.jpg

     La nature est mystérieuse, parce que croyez-le ce n'est pas moi qui aie pris du temps pour entortiller ces carottes sur elles-mêmes. Non, c'est bien toutes seules qu'elles ont décidé de copuler les coquines. Je n'ai pas trouvé de bébés carottes dans le panier, devaient pas avoir fini leurs affaires. Emue par tant de tendresse, je ne les ai même pas mangées, ça va pas je n'allais pas les séparer ! je les ai laissées se ratatiner dans le frigo.

    Tu le crois toi, alors que vous êtes tous là en train de lire vos blogs, de boire votre thé, votre café servi par Georges Clooney, de beurrer vos tartines, de lire votre journal (oouaip en même temps que vos blogs préférés, zêtes trop forts), de faire une garce matinée, moi je bosse !!!

     Un jour je vous montrerai la banane qui fait la gueule.

     ***

     - t’es un peu de la loose là Plume

    - m’en parle pas et même pas de stagiaire à torturer

    - la vie n’est pas simple

    - dans la prochaine je serai rentière.