Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Que faire à Paris ce week end ? part two

Bon les copains vous vous rappelez qu'hier on se demandait ce qu'on allait faire ce week end et que je te racontais comment ma vie d'avant elle était trop naze (mais c'est normal j'étais pas encore blogueuse) et comment j'étais in love avec Parisss.

Mais en réalité ce que je voulais vraiment dire avant que ma plume-clavier ne m'emporte, c'est que je m'interrogeais sur cette nécessité absolue de faire quelque chose le week end.

J'aime les fins de semaine pour causer un peu la France, enfin surtout quand la World Company ne m'exploitait pas le samedi. J'aime quand tout se ralentit, quand tu t'éveilles sans Audrey Pulvar ou Patrick Cohen (les initiés auront reconnu), quand tu vois du fond de ton lit, à travers le brouillard de ton regard myope la lumière du jour, quand tu peux prendre ton thé sans te brûler et multiplier les confitures sur tes tartines. J'aime tous ces plaisirs légers dont je me passe la semaine parce qu'il fait nuit quand je me réveille, parce que je me passe de petit déj, c'est ça ou le maquillage, et sortir sans peinture pas question.

Mais je n'aime pas le stress de ces week end où il faut frénétiquement sortir se cultiver, aller voir la dernière expo, boire un verre dans le dernier bar à la mode (non ça c'est parce que je suis vénère de n'avoir pas mes entrées dans les lieux hype), dîner de cuisine moléculaire (que c'est déjà has been, la preuve Adrian il a fermé son resto). Faire du surplace dans les files d'attente avec tous ceux que tu croises toute la semaine sur les quais du métro, c'est un peu comme si on prenait les mêmes pions et qu'on les déplaçait sur un autre damier. 

Est-on vraiment obligé de s'imposer ça ?

J'apprécie c'est vrai de temps à autre ce dîner entre potes que l'on repousse depuis si longtemps, cette pièce pour laquelle on a enfin des places et que c'est quand même chouette ce côté grand soir et belle tenue, ce drink dans un palace (ouais c'est mon truc les palaces parisiens !).

Mais ce que je préfère c'est cette douceur de la montre qui s'arrête parce que je ne la regarde plus, parce que oops il est 16h et dimanche n'a pas encore commencé.

C'est vrai que je suis une privilégiée, la World company qui me casse les pieds le samedi est plutôt cool la semaine (va comprendre Charles !), alors je peux aller au ciné, au théâtre, à la poterie ou au tricot (enfin ça ce serait si j'avais des doigts habiles), aux dîners en ville (bon ok c'est plus rare !), toutes ces choses que la plupart d'entre nous ne peuvent justement faire que le week end, parce que c'est le seul moment où ils en ont le temps.

Et si on prenait le temps de vivre tous les jours de la semaine ?

Et sinon, sur les conseils de la mairie de Paris, vous pouvez aussi aller au 104, à la fondation Pierre Bergé, aux derniers jours de l'expo Basquiat.. Et sur mes conseils, pour les intéressés il y a une très chouette expo sur les manuscrits de Romain Gary au musée des lettres et manuscrits (boulevard Saint-Germain), et là normalement il ne devrait pas trop y avoir de file d'attente. Et vous pouvez aussi  simplement profiter de votre week end comme vous l'entendez c'est encore ce qui se fait de mieux la liberté de choix !

***

- dis donc Plume tu es sûre que ça ne cache pas autre chose cette histoire de fin de semana ?

- oh la la tu es d'un indiscret toi alors !

- on dirait que ça fait un peu mal non ?

- si tu es encore là demain, je te livre la part three.  

 

Commentaires

  • C'est vrai quoi? Pourquoi le monde plutot que rien? Hein? Je vous le demande? Tiens, ben j'crois ben qu'ça va m'occuper tout le weekend cette question... ;-)

  • La réponse demain dans the three part :-) Mais sinon j'ai un énorme défaut je ne sais pas m'ennuyer, donc même rien c'est quelque chose (c'est du Devos ça non ?)

  • Commentaire supprimé

  • Plume, j'ai hâte de cette troisème partie! Au moins déjà ces billets occupent un peu ;-) C'est déjà çà (ca, c'est pas du Devos, c'est du Souchon)

    (Je suis navré pour vous Plume, qu'une ex-amie vienne vous importuner, en venant me salir sur votre blog. J'ignore s'il existe un système de filtrage des commentaires sur hautetfort (probablement), je vous encourage vivement à le mettre en action pour éviter ce type d'intervention intempestive. Pour ce qui est de la "saleté", du "vieux beau", du "pas un sou" et de la dévalorisation, qui frisent la diffamation, je préfère en sourire, et serai enchanté de vous démontrer le contraire en jugeant de visu... J'ai presque l'impression de faire une lettre de motivation, ahah :-))

    Bien Cordialement à vous

    Frédéric/ Vangauguin

  • Compte tenu de ce qui précède il n'y aura pas de part three part :-(

  • C'est bien dommage!

    Suivez donc votre chemin, selon vos projets et vos objectifs, sans vous laisser (trop) perturber par des influences excessives et subjectives! :-)

    Amicalement

    Vangauguin

  • Plume veuillez accepter mes excuses, j' ai honte de m' être laissé emporter par la rancoeur vis à vis de celui qui s' était permis de m' insulter sur son blog et sur le mien, mais ce sont des procédés assez minables auxquels je ne m' abaisserai plus et je cesse de vous importuner.longue vie à votre joli blog et à sa " belle plume".

Les commentaires sont fermés.